Guide pratique pour bien poser correctement un portail électrique

Installer soi-même un portail électrique n’est jamais évident. Toutefois, cela reste une meilleure solution pour être pratiquement affranchi des frais de professionnels. Pour que l’installation d’un portail électrique soit à votre attente, voici quelques étapes à ne pas faillir.

Connaitre les caractéristiques du portail

Il faut savoir qu’un portail électrique s’adapte à tous les goûts et à toutes les envies. Cela dit, avant de le poser soi-même, il convient de respecter les règles de l’art et de la bonne maintenance. Pour qu’un portail motorisé soit des plus performants, il faut débuter par l’étude des caractéristiques de son portail. En effet, un portail électrique se décline en plusieurs variantes et certains ne sont pas compatibles au matériau lourd ou léger. Il est donc préférable de connaitre à peu près tout sur son portail. Outre cela, le choix de modèle repose également sur ses exigences puisqu’il existe aussi certains modèles pouvant recourir à un remplacement total de l’ensemble du portail pour qu’il soit apte à bien accomplir ses diverses fonctions. Quoiqu’il en soit et qu’importe le type de portail électrique à acquérir, l’installer dans la règle de l’art est tout à fait possible.

Tenir compte de la difficulté de l’installation

Évidemment, même les professionnels sont souvent confrontés à la complexité de travaux d’installation. Certains modèles de portail électrique demandent deux jours d’installation tandis que d’autres pour une journée uniquement. Bref, cela nécessite de la précision notamment au niveau de la taille, mais aussi de la rigueur pour être capable de poser un portail électrique efficace, performant et solide. D’ailleurs, la première chose à faire est de prendre en compte des éventuelles difficultés rencontrées lors de son installation. Cela concerne les fondations au sol qui nécessite de grands travaux de maçonnerie pour le dressage et la pose des montants. En effet, on aura besoin des colonnes en pierres, des piquets de ferraille, des tubes en acier ainsi que d’autres matériaux liés au montage des montants. L’aspect de la clôture peut être aussi une grande contrainte si l’on ne tient pas compte de tous les détails. Cette étape doit être alors prise au sérieux avant de passer à l’automatisation du portail qui ne demande qu’une demi-journée uniquement.

Rassembler les bons outils

Ici, l’intérêt de se procurer des outils de grande qualité est vraiment capital pour que l’installation soit bien maintenue. C’est dans de telles circonstances qu’on se fie toujours au service d’un professionnel puisqu’il est déjà équipé des outils et matériels haut en technologie de pointe. Bref, les outils à constituer reposent sur le type de pose à adopter et le modèle de portail électrique ainsi que sur les accessoires de sécurité livrés avec. Pour rappel, les dispositifs de sécurité d’un portail automatisé restent obligatoires pour tout type de maison. Mais cela apporte également un meilleur niveau de protection à sa demeure ainsi qu’un confort d’usage irréprochable. Ainsi, on peut ajouter en amont de son portail, un éclairage de zone, des cellules photo-électriques, des feux clignotants et des commandes manuelles. D’autre part, c’est en fonction du kit de motorisation qu’on choisira la pose adéquate, mais en général, on doit pratiquement tenir compte du nombre de battants, de leurs poids et de leurs tailles. C’est donc un élément déterminant pour l’installation. Quant aux outils, en plus du kit de motorisation, il est nécessaire de se munir d’un perforateur, des tournevis, d’une pince à dénuder, des diverses clés, d’un niveau à bulle, d’un marteau et d’une visseuse.

À vos brico !

La première étape à réaliser est d’avoir une bonne précision de la dimension des battants en respectant la distance entre la face intérieure de ceux-ci et des poteaux. Ensuite, de procéder au raccordement électrique du portail électrique en se procurant d’un câble d’alimentation. Et pour finir, de passer à l’automatisation du portail en commençant par la pose des bras, puis au câblage et raccordement au tableau électrique. Bien sûr, un test doit être effectué une fois l’installation achevée.

Add Comment